Témoignage de Pierrette (Québec Nov 2014)

Ce matin-là, suivant l’invitation qui nous avait été faite, je me mets à marcher dans les rues étroites du quartier (Saint-Roch?). J’avance sans but précis, lentement, en priant l’Esprit-Saint de me guider là où Il le désire.Squat_Basse-Ville

Je remarque d’abord un homme, pauvrement vêtu, assis sur un banc du petit parc – en ce temps d’automne déjà froid; son regard fixe le sol. J’aurais aimé lui dire bonjour, mais je n’ose pas. Touchée de le voir là, seul et prostré, je prie le Seigneur d’être avec lui. Et je continue ma route. Un petit monument à la PAIX attire mon attention; je lis ce qui est gravé dans la pierre – essayant de le mémoriser. Je me prends à sourire de joie me souvenant qu’un jour, dans mon enfance, j’avais entendu au fond de mon cœur, comme la voix de Jésus me disant : ‘la paix réside dans ton cœur’. Je traversai la piste cyclable près de la rivière. Je souris de nouveau en moi-même me rappelant y être venue il y a de nombreuses années, lors d’une randonnée en vélo avec mon frère que j’aime beaucoup. Un peu plus loin, je m’arrête longtemps près de la cour de récréation de l’école primaire. De nombreux enfants déguisés pour le jour de l’Halloween s’en donnent à cœur joie! Ils rient et s’amusent à courir dans tous les sens. Le fait de les regarder me rend heureuse et je sais que mon visage en est transformé! Plus loin, sur le trottoir opposé, avance une femme âgée tenant à bout de bras, deux grands sacs en plastique qPhoto Rue Yves (20)ui contiennent probablement tout son avoir. Je suis touchée de compassion en la voyant ainsi, à son âge… ne sachant que faire, je prie ardemment le Seigneur pour elle. Puis j’entre dans l’église au moment où l’organiste joue une pièce magnifique et grandiose! Je suis ravie et émue; j’ai peine à retenir mes larmes en jouissant de cette musique jusqu’à la dernière note.

Peu après, je saisis intérieurement que ces diverses rencontres, la musique de l’orgue, les enfants rieurs, le monument à la paix… sont des visages de Dieu pour moi; à travers eux, j’entends Sa voix qui me réjouit et me parle personnellement avec beaucoup d’amour. Il m’est présent et proche.

Tout en marchant, je réalise soudain que Dieu marche à ma droite! Il marche à mon pas. J’en suis certaine, Il marche avec moi, près de moi! Je suis bouleversée, émue, heureuse; je retiens mon souffle et continue d’avancer. Après un long moment de marche ensemble, dans mon cœur je lui ai dit ‘je t’aime’.

Vers midi, les deux trottoirs de la rue étroite sont bondés de monde : des gens de différents âges, conditions de vie, races, s’en vont à leurs affaires. Comme il l’a fait pour moi, Dieu marche maintenant à la droite de chacune de ces personnes; Il marche à leur pas! En un instant, les visages des personnes importantes de ma vie défilent aussi devant moi. Je reconnais avec gratitude, les visages de ceux et celles par qui Dieu m’a toujours accompagnée sur le chemin de ma vie, jusqu’à ce jour – dans les circonstances et des lieux divers – toujours avec beaucoup de tendresse et d’amour. Dans l’Action de grâce, l’émerveillement et la joie, je réalise que Dieu accompagne toujours et personnellement, tous les êtres humains de la terre – du plus petit au plus grand.

Le lendemain dans l’église, une dame m’indique avec beaucoup d’enthousiasme, le lieu de rencontre quotidienne du groupe des AA (alcooliques anonymes). ‘Tout le monde peut y aller! Vous allez aimer ça! Le chant d’ouverture est magnifique. Ça commence dans 10 minutes!’

Après hésitation, je décide d’y aller. Dans la salle, une quarantaine de personnes de différents âges sont présentes. Je prends place près d’une dame dont le prénom est toujours dans mon cœur. ‘C’est moi qui donne le témoignage aujourd’hui’, me dit-elle.

Dès le début de la réunion, je suis extrêmement étonnée d’entendre ce que j’entends et de voir ce que je vois!

Je n’en reviens pas! Je suis émerveillée! L’ambiance est simple et joyeuse, fraternelle et confiante. Plusieurs personnes se présentent à tour de rôle, soit pour faire une courte lecture, donner un témoignage ou faire une intervention. Et chaque fois qu’une personne prend la parole, elle commence d’abord par dire : ‘Je suis X. Je suis alcoolique à vie, ou je suis toxicomane à vie, ou je suis alcoolique et toxicomane à vie!’ Ceux qui écoutent applaudissent toujours chaudement la personne qui vient de parler. La première courte lecture porte sur l’honnêteté envers soi-même. La deuxième lecture porte sur l’humilité. Ces deux thèmes me surprennent…et m’émerveillent à la fois. Au fur et à mesure que la réunion se déroule, je me prends à aimer ces personnes qui ouvertement s’avouent ‘vulnérables à vie’! Elles sont tellement courageuses, pauvres matériellement et riches de cœur et d’humilité. Elles s’entraident et se soutiennent mutuellement, sans condition. Je les applaudis de tout cœur. Je me sens bien avec elles. Le témoignage de ma voisine de 68 ans au visage si bon, dure 20 minutes. Sans broncher, elle raconte sans broncher ses misères, ses luttes, ses succès, ses rechutes… son espérance indéfectible. J’accueillais chacune de ses paroles en priant pour qu’elle puisse aller jusqu’à la fin de son témoignage. Nous l’avons applaudie longuement. Je l’ai félicitée de son témoignage en lui serrant chaleureusement la main. J’étais très émue en la quittant après la réunion.

Le lendemain matin pendant notre prière commune, comme par intuition, j’ai soudainement compris: Dieu était là, au milieu de nous, pendant la réunion d’hier. Tout en marchant, je réalise que moi, je suis comme les participants à la réunion du jour précédent! Je suis une des leurs. Un préjugé tombe… moi qui parlais auparavant de ‘ces gens-là’, comme si je n’en faisais pas partie. Avec bonheur, je vois que ‘nous’ sommes tous de la même famille humaine. Je me reconnais avec eux vulnérable, pauvre et faible, prête à rechuter moi aussi. J’admire le courage, l’humilité, l’honnêteté et le soutien mutuel inconditionnel de mes amis d’hier. Toujours en marchant, je ressens une grande émotion joyeuse en voyant intérieurement dans la lumière, sous les traits d’un petit enfant – le Salut gratuit de Dieu pour tous les humains de la terre! Pour moi, c’est comme une nouvelle naissance.

Plus tard, dans l’église paroissiale, comme Moïse, j’ai ‘enlevé mes chaussures’ en présence du Dieu Vivant proche, amour et tendresse de notre terre. J’ai laissé tomber mes peurs, mes protections, pour m’en remettre totalement à Lui dans la confiance, la reconnaissance et l’amour. J’ai aussi compris que c’est devant chaque être humain que je suis appelée à ‘enlever mes chaussures’.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s